Le moteur Qwant

Le moteur Qwant

Le moteur Qwant

La découverte

Se fut en mars 2013 (1 mois après son lancement officiel) lorsque Eric Léandri a fait une conférence au SEO Campus (j’ai un selfie avec lui de ce jour). Le pauvre avait passé un sale quart d’heure, mais j’avais trouvé qu’il tenait déjà la barre et ne flanchait pas face aux attaques de détracteurs présents dans la salle. J’avais été le voir à la fin pour le féliciter de sa ténacité et lui souhaite bonne chance pour la suite des événements. En rentrant chez moi, je découvre que ce ne sont pas 2 types dans leur garage qui montent leur site, mais ils ont des moyens techniques et financiers.

L’expérience utilisateur

Je dirai plutôt l’interface qui est très complète, peut rendre fou un fan de Google. Mais je trouve l’idée plutôt bonne car ils n’ont pas copié l’interface light de Google, bien au contraire. Ils veulent créer une autre expérience ! Cassez les codes… Si on reprend les anciens moteurs qui se sont plantés et disparus comme Cuil par exemple, ils avaient tous adoptés l’interface Google.

Le bon timing être Time to market

Donc 5 ans ont passé, en gardant la barre sur le principe de la non violation des données personnelles et pas de tracking chez nous Monsieur ! Les événements ont donné raison à Qwant, problème de Facebook, l’utilisateur ultra tracké par Google, la RGPD. Une prise de conscience générale de ces problématiques a enfin lieu. De plus, un ras le bol de l’omniprésence googlienne dans la vie de tous les jours. Les internautes français voir européens veulent du changement après 20 ans de « je mange du Google tous les jours ».

Les médias classiques restent encore assez écartés du sujet, mais au niveau politique le changement se fait. Qwant dans l’éducation nationale et au niveau du Parlement se met en place.  Je vois régulièrement dans ma TL Twitter des personnes qui switchent et qui le font savoir ouvertement.

Je reviens sur les médias qui n’ont pas compris, que nous avons à faire au même problème de diffusion de l’information qu’en 1958 avec l’ORTF sous De Gaulle. Pour le public et les médias, tout le monde pense que Google donne les infos en fonction d’un algorithme, ce qui est faux (cf. les comparateurs de prix, les bons de réduction, les annuaires, et autres sites qui ne rentrent pas dans leur critère de qualité qui ont été éjectés).

Autre phénomène, le soutien d’une communauté souterraine peu connue du grand public qui font le trafic des sites web, je veux parler du webmarketing. Il y a une partie de pros Qwant qui poussent aussi, et veulent que Qwant monte en France, pour avoir une meilleure répartition du marché sur la recherche.

Sans compter le dernier partenariat avec Brave un navigateur alternatif dans la même politique du respect de la donnée personnelle.

2019 sera l’année Qwant

 

Please follow and like us:
0
Fred

Les commentaires sont fermés.